Omar Badrin

Cry-Baby
Cry-Baby (2015)
tubage de polyuréthane, ligne de pêche en nylon, ficelle Mason
7 po x 8 po x 5 po
What a Sin (ongoing series)
What a Sin (ongoing series) (2015)
ligne de pêche en nylon industriel, ficelle Mason
environ 15 po x 11 po x 1 po
Untitled
Untitled (2015)
fil de polyester, ficelle Mason
environ 14 po x 11 po x 1 po
Work in Progress
Work in Progress (2015)
corde de polyprolylène, ficelle Mason, fil de coton
15″ x 14″ x 13″

Omar Badrin utilise son propre vécu pour explorer l’identité raciale et culturelle dans ses œuvres d’art sculpturales. Ayant été adopté par une famille d’une autre race, Badrin a été perçu comme un étranger dans sa nouvelle culture — une situation qui transparaît dans son œuvre. Il cherchait, dans le passé, à trouver l’acceptation. Sa quête s’est toutefois muée en une ouverture sur l’altérité. Le désir d’appartenance et la frustration de ne pouvoir l’atteindre sont exprimés dans Cry-Baby. Par ailleurs, la perception de soi déformée à laquelle ont abouti ses expériences prend corps dans le masque quasi monstrueux intitulé Untitled.

What a Sin est un extrait d’une série de petits masques réalisés au crochet, intentionnellement conçu comme infini. Work in Progress est fait d’une épaisse corde de polypropylène. Contrairement aux masques précédents, il s’agit d’une pièce plus robuste qui retient mieux sa propre forme. Sa rigidité et sa ressemblance à des maillons de chaîne rappellent que l’identité peut être oppressante et une cause de malaise. Ce masque est cependant plus assuré que les autres pour réclamer son propre espace et, ce faisant, il s’inscrit en parallèle à l’adoption graduelle, parfois difficile, de l’altérité par Badrin.


Omar Badrin est un artiste interdisciplinaire qui vit à Toronto. Il a obtenu une maîtrise en beaux-arts dans le programme interdisciplinaire en arts, médias et design de l’Université de l’EADO en 2015; l’établissement lui a également fait l’honneur de lui décerner une médaille. Son œuvre tire son inspiration de son enfance à Terre-Neuve, et se centre sur l’identité culturelle, son façonnement et sa représentation au moyen de métaphores visuelles.