53. William Thorsell

Royal Ontario Museum / Musée royal de l’Ontario
Royal Ontario Museum | Musée royal de l’Ontario
Chris Thomaidis

William Thorsell, OOnt was the Editor-in-Chief of The Globe and Mail (1989–2000) and the Director and CEO of the Royal Ontario Museum (2000–2010).

Before I moved to Toronto from Edmonton in 1984, I visited often as a journalist on the snoop. Toronto was after all, Canada’s Big Apple, the centre of English-language media, publishing, and trends!

I was sitting on a bench in Yorkville, where someone had left a newspaper on a ledge. The wind scattered it around. To my amazement, a man got up, chased down the many pages, and placed them in a trash can. I did not witness that kind of thing in Edmonton then.

“The big time” rests on thousands of smaller acts, and I wanted to live in a place that people cared for from the bottom up — from litter to all the latter. Twenty years later, as Director of the Royal Ontario Museum, I started my days trolling for litter in the lobby and sidewalks out front. Others joined in. Then we built the Crystal.


William Thorsell, OOnt a occupé les fonctions de rédacteur en chef du Globe and Mail de 1989 à 2000, et de directeur général du Musée royal de l’Ontario de 2000 à 2010.

Avant de partir d’Edmonton pour m’établir à Toronto en 1984, j’y venais souvent « fouiner » dans le cadre de mon travail comme journaliste. Après tout, Toronto n’était-elle pas la « Grosse pomme du Canada », le centre névralgique des médias anglophones, de l’édition et des tendances!

J’étais assis sur un banc à Yorkville; quelqu’un y avait laissé un journal. Puis, le souffle du vent fit s’envoler les pages. À mon grand étonnement, un homme s’est levé et s’est mis à courir après les pages avant de les jeter à la poubelle. Je n’avais jamais vu ça à Edmonton avant.

Ce sont ces milliers de petits gestes banals qui font toute la différence. Je voulais vivre dans un endroit dont les gens sont fiers, peu importe la place qu’ils y occupent. Vingt ans plus tard, assis dans mon fauteuil de directeur du Musée royal de l’Ontario, je repense à ces journées de mes débuts où, déambulant dans le hall et sur les trottoirs d’en face, je fouillais les ordures. D’autres se sont joints à moi, puis nous avons bâti le Cristal.