9. Sevaun Palvetzian

The author appears on the right / L’auteure apparaît à droite
The author appears on the right | L’auteure apparaît à droite
Courtesy | Gracieuseté de S. Palvetzian

Sevaun Palvetzian is CEO of CivicAction, a coalition of civic leaders.

My grandfather Garabed (“Charlie”) Palvetzian arrived in Ontario in 1915. He was twelve years old. He, unlike many members of his family, had successfully escaped the Armenian genocide. Canada became home.

His first job earned five cents an hour. Afterward, he’d join my grandmother and their five children, including my father, in the family restaurant.

My grandfather’s desire to provide for his family — to see his children and his grandchildren have a better life — was what fueled him. Picking Canada, and it in turn picking him, made this possible. Within one generation the state of poverty was broken. Within two, a passport and multiple degrees became the norm. This trajectory would not be possible in many places around the world. But it is here.

Ontario is where the world gathers.It is where people get to write new chapters into their family’s history. I am forever grateful that it includes my own.


Sevaun Palvetzian est la directrice générale de CivicAction, une coalition de leaders communautaires.

Mon grand-père, Garabed (« Charlie ») Palvetzian, est arrivé en Ontario en 1915. Il avait 12 ans. Contrairement à beaucoup de membres de sa famille, il avait réussi à fuir le génocide arménien. C’est au Canada qu’il a élu domicile.

Son premier emploi lui rapportait 0,05 $ l’heure. Ensuite, il a travaillé au restaurant familial avec ma grand-mère et leurs cinq enfants, dont mon père.

Pourvoir à sa famille et offrir une vie meilleure à ses enfants et petits-enfants, c’est le souhait auquel mon grand-père s’accrochait. Parce qu’il avait choisi le Canada et que le Canada l’avait à son tour choisi, mon grand-père a pu réaliser son souhait. Il a fallu une génération pour se sortir de la pauvreté, et de deux pour que l’obtention d’un passeport et de diplômes multiples devienne la norme — des étapes qui, dans beaucoup de pays du monde, seraient impossibles à franchir. Mais pas ici.

L’Ontario est le lieu de rassemblement de toutes les nationalités. C’est ici que les gens écrivent de nouveaux chapitres de l’histoire de leur famille. Tout comme la mienne, et j’en serai éternellement reconnaissant.