1. Anne Michaels

Dusk in Toronto / Crépuscule à Toronto
Dusk in Toronto | Crépuscule à Toronto
Pamela Julian

Anne Michaels is Toronto’s Poet Laureate. Her books have been published in over forty-five countries.

From our bed we listen to the trains crossing the city, their dark weight slipping through back gardens. We sleep between Hudson’s Bay and the Great Lakes, below geese migrating their secret paths under the stars. Here, where great rivers of history converge, travelling through the night to wake in another language. It is a city where many work in one language and dream in another, sing children to sleep in a language they do not speak. To be born in one language and fall in love in another. To sleep in one landscape and wake in another. These great transporting rivers of language converge where we live, here, where there are more than 150 words for loneliness, for shelter, for wounds, for fear, for forgetting, for memory, for gratitude. For night and for morning.


Anne Michaels est la poétesse officielle de Toronto. Ses recueils sont publiés dans plus de 45 pays.

De notre lit, nous entendons au loin les trains traverser la ville, le son du frottement des roues sur les rails. Nous dormons entre la baie d’Hudson et les Grands Lacs, juste au-dessous des oies qui migrent, sous les étoiles, vers des lieux secrets. Ici, à la jonction des grands fleuves de l’histoire, le passage de la nuit au jour nous transporte dans une autre langue. C’est une ville où beaucoup travaillent dans une langue et rêvent dans une autre, chantent des berceuses dans une langue qu’ils ne parlent pas. On naît dans une langue et on tombe amoureux d’une autre. On s’endort sous un ciel et on se réveille sous un autre. Ces grands fleuves qui nous font passer d’une langue à l’autre convergent ici, où nous vivons, où nous utilisons plus de 150 mots pour parler de solitude, de refuge, de blessures, de peur, d’oubli, de mémoire, de gratitude. De nuit et de matin.

2. Ceta Ramkhalawansingh

Ceta Ramkhalawansingh
Ceta Ramkhalawansingh
Steve Russell, Toronto Star

Ceta Ramkhalawansingh is a community activist and former civil servant who immigrated to Canada in 1967.

Growth, change, opportunity, dialogue, compromise, respect, inclusion, and innovation are among the hallmarks of my experience of living in Ontario for the past fifty years.

During Canada’s centennial year, our family came to Ontario from our wonderful home in Trinidad and Tobago — land of calypso, steelpan and mas. Charles and Mamin wanted opportunities for their three children — Titus, Ceta, and Luna. They had every confidence that our new home in Toronto would be a “place to grow”.

The promise was kept. Ontario’s first-class education system equipped me to be fully engaged as volunteer, city builder, feminist, student, university lecturer, researcher, human rights advocate, publisher, student leader, public servant, city councillor.

Now, our Ontario home includes our Trini home with annual celebrations of Caribbean Carnival, introduced during Canada’s centennial year — full circle. And yes, Ontario’s cultural experiences are more diverse than ever.

The promise continues…


Ceta Ramkhalawansingh est une militante communautaire et une ancienne fonctionnaire qui a immigré au Canada en 1967.

Croissance, changement, possibilités, dialogue, compromis, respect, inclusion, et innovation, autant de mots qui traduisent mon expérience de l’Ontario depuis 50 ans.

Pendant le centenaire du Canada, notre famille a quitté notre merveilleuse patrie de Trinidad et Tobago — terre du calypso, du steelpan et du mas, pour s’installer en Ontario. Charles et Mamin voulaient ouvrir les horizons de leurs trois enfants — Titus, Ceta et Luna. Ils étaient certains que Toronto nous offrirait un lieu « où grandir ».

La promesse a été tenue. Le système d’éducation de première classe de l’Ontario m’a donné la capacité de devenir une citoyenne engagée — bénévole, urbaniste, féministe, étudiante, professeure d’université, chercheure, militante pour les droits de la personne, éditrice, leader étudiante, fonctionnaire, conseillère municipale.

Maintenant, notre patrie ontarienne célèbre notre culture d’origine grâce aux festivités annuelles du carnaval des Caraïbes, mis en place pendant l’année du centenaire du Canada — la boucle est bouclée. En somme, l’Ontario offre une culture plus diversifiée que jamais.

La promesse n’en finit pas d’être tenue…

3. Roberta Jamieson

Outdoor skating / Patinage à l’extérieur
Outdoor skating | Patinage à l’extérieur
Kenneth Ginn

Roberta Jamieson, OC is a lawyer, Indigenous activist, and member of the Six Nations of the Grand River. She is the President and CEO of Indspire.

I treasure growing up among my people at the Six Nations of the Grand River Territory. And vividly recall living without running water, including the long walk to the outhouse on a snowy day; memories of skating on the Mackenzie Creek and picking strawberries in June. I had what some described as an “attitude problem”. I simply could not accept those who tried to tell me, “You don’t count. You can’t make a difference.” I couldn’t understand why our people should accept all those outside people coming to our territory to tell us how to live or to make decisions for us. I saw raw colonialism and I knew from an early age that I was going to do something to change it. I have worked my entire life to build a Canada in which Indigenous people can once again find their rightful place. There is more work to be done.


Roberta Jamieson, OC, membre des Six Nations du territoire de la rivière Grand, est une avocate et militante autochtone. Elle est la présidente-directrice générale d’Indspire.

Je garde un précieux souvenir d’avoir grandi au sein de mon peuple sur la Territoire des Six Nations de la rivière Grand. Je me souviens vivement d’avoir vécu sans eau courante, ainsi que de la longue marche jusqu’à la toilette extérieure lors des jours enneigés. J’ai des souvenirs d’avoir patiné sur le ruisseau Mackenzie et a cueilli des fraises en juin. J’avais, selon certains, un « problème d’attitude ». Je n’acceptais tout simplement pas ceux qui essayaient de me dire : « tu ne comptes pas ». « Tu ne peux pas faire de différence ». Je ne comprenais pas pourquoi notre peuple devait accepter que toutes ces personnes de l’extérieur viennent sur notre territoire et nous disent comment vivre ou prennent des décisions pour nous. J’ai vu le colonialisme brut et je savais dès mon jeune âge que j’allais faire quelque chose pour apporter des changements. J’ai travaillé toute ma vie à bâtir un Canada où les peuples autochtones peuvent retrouver la place qui leur revient. Il reste encore du travail à faire.

4. Brigitte Shim

Orchard House, Shim-Sutcliffe
Orchard House, Shim-Sutcliffe
James Dow

Brigitte Shim, CM is a Principal with Shim-Sutcliffe Architects and teaches architecture at the University of Toronto.

Like most Ontarians, I was born somewhere else. My Hakka Chinese parents and all of my siblings were born on the sunny tropical Caribbean island of Jamaica. Upon arriving in Canada, we stepped off the airplane and quickly descended into a gigantic freezer.

A few days later, a February blizzard hit Toronto and I caught my first glimpse of snow. The dull urban fabric magically transformed into a winter wonderland overnight. My first snow angel has long since melted but the extraordinary experience of being enveloped by little teeny snowflakes which, when multiplied, have the capacity to create mountain ranges for tobogganing, as well as armies of snowmen, still resonates with me.

Experiencing snow for the first time as a child has left an indelible mark on me, and it is somehow connected to my deep respect for and appreciation of our remarkable Canadian landscape.

Brigitte Shim, CM est une associée du cabinet Shim-Sutcliffe Architects et enseignante en architecture à l’Université de Toronto.

Comme la plupart des Ontariens, je suis née ailleurs. Mes parents chinois hakka et tous mes frères et sœurs ainsi que moi-même sommes tous nés dans une île tropicale ensoleillée des Caraïbes : la Jamaïque.

À notre arrivée au Canada, lorsque nous sommes descendus de l’avion, nous avons eu l’impression de nous engouffrer dans un gigantesque congélateur.

C’était le mois de février, et quelques jours plus tard, une tempête hivernale a frappé Toronto, et j’ai fait connaissance avec la neige pour la toute première fois. Le morne tissu urbain s’était transformé par magie en féerie hivernale du jour au lendemain. Mon premier ange dans la neige a fondu depuis longtemps, mais l’extraordinaire sensation d’être enveloppée par tous ces minuscules flocons qui, rassemblés, peuvent devenir des pistes de luge ou des armées de « bonshommes » de neige, m’enchante encore aujourd’hui.

Découvrir la neige pour la première fois lorsque j’étais enfant a laissé une marque indélébile en moi, et c’est une des raisons qui expliquent pourquoi j’ai un profond respect et une grande appréciation pour notre remarquable paysage canadien.

5. Nina Lee Aquino

Pearson Airport
Pearson Airport
GTAA

Nina Lee Aquino is the Artistic Director of Factory Theatre.

In 1994, we were living in the Philippines when my mom (a diplomat) got her next out-of-country assignment: Toronto, Canada. I was seventeen years old, about to go into a prestigious university. I suppose I should have been terrified with the idea of uprooting myself but, as the daughter of a diplomat, I’d never gotten attached to any one place; it was something that I was taught, a way to stay rooted for the rootless.

But all that changed when I arrived in Ontario. Walking through Pearson Airport, something felt different. Even though I didn’t know what life had in store for me in this country, inexplicably, there were a few things I knew instantly. I remember saying to myself: “This is where I’m going to build my career, find the love of my life, have a family and raise my child… this is going to be, finally, my home.”


Nina Lee Aquino est la directrice artistique du Factory Theatre.

En 1994, nous habitions aux Philippines lorsqu’on a annoncé à ma mère, une diplomate, l’endroit de sa prochaine affectation hors pays : Toronto, Canada. J’avais 17 ans et j’étais sur le point d’entrer dans une prestigieuse université. J’imagine que la perspective de ce déracinement aurait dû me terroriser, mais, en tant que fille de diplomate, je ne m’étais jamais vraiment attachée à un endroit : on m’avait appris cela, cette façon pour les nomades de s’implanter sans s’attacher.

Or, tout cela a changé lorsque je suis arrivée en Ontario. Lorsque j’ai marché dans l’aéroport Pearson, j’ai ressenti quelque chose de différent. Même si j’ignorais complètement ce que la vie me réservait dans ce pays, j’ai tout de suite su certaines choses sans pouvoir l’expliquer. Je me souviens m’être dit : « C’est ici que je vais entreprendre ma carrière, trouver le grand amour, fonder une famille et élever mes enfants… bref, ce sera chez moi. »

6. Emmanuel Kabongo

Portrait
Portrait
Courtesy | Gracieuseté de E. Kabongo

Emmanuel Kabongo, an actor and producer, grew up in South Africa and moved to Canada with his family in 1998.

If I could describe Ontario in three words: diversity, opportunity, freedom. I grew up in South Africa where I don’t remember meeting people from other parts of the world, except when watching television shows or movies. When I moved here and started attending school, I was surprised to see so many different faces. It was my first time encountering people of mixed races, different cultures, religious beliefs, and sexual orientations, and this gave me a sense of comfort and freedom to be who I am. Living in Ontario, I feel lucky to have been given so many opportunities to advance in what I am passionate about, whether it be receiving grants, scholarships, or various employment opportunities. It is in Ontario that I began my acting career and, no matter where I go, I will always be grateful for my humble beginnings. Being here really changed my life and I’m glad and fortunate to be living in Ontario.


Emmanuel Kabongo, acteur et producteur, a grandi en Afrique du Sud et s’est installé au Canada avec sa famille en 1998.

Si je pouvais décrire l’Ontario en trois mots, j’utiliserais : diversité, possibilité, liberté. J’ai grandi en Afrique du Sud où je ne me souviens pas d’avoir vu des gens provenant d’autres pays du monde, sauf lorsque je regardais des émissions de télévision ou des films. Quand j’ai déménagé ici et que j’ai commencé à fréquenter l’école, j’ai été surpris de voir autant de visages différents. C’était la première fois que je rencontrais des gens de diverses ethnies, cultures, croyances religieuses et orientations sexuelles, et cela m’a donné un sentiment de réconfort et de liberté d’être qui je suis. En tant que résident de l’Ontario, je me trouve chanceux d’avoir eu autant de possibilités de foncer vers ce qui me passionne, qu’il s’agisse de recevoir des subventions, des bourses d’études ou des diverses possibilités d’emploi. C’est en Ontario que j’ai commencé ma carrière d’acteur et, peu importe où je suis, je serai toujours reconnaissant pour mes débuts modestes. Le fait de vivre ici a vraiment changé ma vie et je suis heureux et privilégié de vivre en Ontario.

7. Marie Henein

Thorncliffe Park
Thorncliffe Park
Vik Pahwa

Marie Henein is a Senior Partner with law firm Henein Hutchison LLP.

We were back and forth between Canada and the Middle East a few times. First Egypt, then Lebanon. Vancouver. Then Toronto twice. The third time, we finally settled in Thorncliffe Park, the first of a few places. Neither my grandmother nor I spoke a word of English. She never learned. I did.

My parents moved to Canada to give their daughter a chance to be. A poet, Christopher Logue, wrote these words:

Come to the edge.
We might fall.
Come to the edge.
It’s too high!
COME TO THE EDGE!
And they came,
and he pushed,
And they flew.

We came to the edge. My parents pushed. And because of this country, grounded in decency and fairness to its core, I was allowed to fly.


Marie Henein est une associée principale de la firme Henein Hutchison LLP.

Nous avons fait la navette entre le Canada et le Moyen-Orient à plusieurs reprises. D’abord l’Égypte, puis le Liban. Et Vancouver. Ensuite, Toronto, deux fois. La troisième fois, nous nous sommes installés à Thorncliffe Park où, même là, nous avons déménagé quelques fois. Ni ma grand-mère ni moi ne parlions un mot d’anglais ou de français. Elle n’a jamais appris, mais moi, oui.

Ma famille a déménagé au Canada pour donner une chance à la petite fille que j’étais. Un poète, Christopher Logue, a écrit ces mots :

Approchez vous
Nous pourrions tomber
Venez, approchez vous
C’est trop haut
APPROCHEZ VOUS DONC
Ils y sont allés.
Il les a poussés.
Ils se sont envolés.

Nous, nous sommes allés jusqu’au bord. Et mes parents m’ont poussée. Et grâce à ce pays qui prend racine dans la décence et l’égalité, j’ai pu m’envoler.

8. Peter Singer

Hungarian memorial in Toronto / Mémorial hongrois à Toronto
Hungarian memorial in Toronto | Mémorial hongrois à Toronto
Adam Bunch

Peter Singer, OC is the CEO of Grand Challenges Canada and the Director of the Sandra Rotman Centre, part of the University Health Network.

My parents, Holocaust survivors, came to Toronto in 1956 as Hungarian refugees. My dad worked as a bootlegging dentist and died when I was eleven. My mom built a successful dental laboratory. She never remarried and as the only parent of an only child, devoted herself to me.

I was privileged to enter Upper Canada College with a scholarship, go to medical school, and attend the University of Chicago, Yale, and Harvard. I helped found a bioethics centre and Grand Challenges Canada, which supports innovation in developing countries, saving and improving millions of lives. I have had a happy twenty-three-year marriage and my kids are flourishing.

Immigration is great for children and hard for parents.

This year my wife and I hosted Syrian refugees in our home — a lovely Yazidi family of four girls, aged seven to thirteen, and their parents.

The cycle renews in this wonderful and welcoming country and province.


Peter Singer, OC est le directeur général de Grands Défis Canada et le directeur du Sandra Rotman Centre qui fait partie du Réseau universitaire de santé.

Mes parents, survivants de l’Holocauste, sont venus à Toronto en 1956. Mon père était dentiste et il est décédé alors que j’avais onze ans. Ma mère a monté un laboratoire dentaire prospère. Elle ne s’est jamais remariée et elle s’est entièrement consacrée à moi.

J’ai eu le privilège d’entrer à l’Upper Canada College grâce à une bourse, de faire des études en médecine, et de fréquenter l’Université de Chicago, Yale, et Harvard. J’ai contribué à Ia fondation d’un centre de bioéthique et de Grands Défis Canada, qui appuie l’innovation dans les pays en développement, sauvant et améliorant ainsi la vie de millions de personnes. Je vis un mariage heureux depuis 23 ans, et mes enfants s’épanouissent.

L’immigration est excellente pour les enfants, et difficile pour les parents.

Cette année, mon épouse et moi avons accueilli des réfugiés syriens — une charmante famille yézidie composée de quatre filles âgées de 7 à 13 ans et de leurs parents.

Le cycle se renouvelle, dans cette province et ce pays merveilleux et accueillants.

9. Sevaun Palvetzian

The author appears on the right / L’auteure apparaît à droite
The author appears on the right | L’auteure apparaît à droite
Courtesy | Gracieuseté de S. Palvetzian

Sevaun Palvetzian is CEO of CivicAction, a coalition of civic leaders.

My grandfather Garabed (“Charlie”) Palvetzian arrived in Ontario in 1915. He was twelve years old. He, unlike many members of his family, had successfully escaped the Armenian genocide. Canada became home.

His first job earned five cents an hour. Afterward, he’d join my grandmother and their five children, including my father, in the family restaurant.

My grandfather’s desire to provide for his family — to see his children and his grandchildren have a better life — was what fueled him. Picking Canada, and it in turn picking him, made this possible. Within one generation the state of poverty was broken. Within two, a passport and multiple degrees became the norm. This trajectory would not be possible in many places around the world. But it is here.

Ontario is where the world gathers.It is where people get to write new chapters into their family’s history. I am forever grateful that it includes my own.


Sevaun Palvetzian est la directrice générale de CivicAction, une coalition de leaders communautaires.

Mon grand-père, Garabed (« Charlie ») Palvetzian, est arrivé en Ontario en 1915. Il avait 12 ans. Contrairement à beaucoup de membres de sa famille, il avait réussi à fuir le génocide arménien. C’est au Canada qu’il a élu domicile.

Son premier emploi lui rapportait 0,05 $ l’heure. Ensuite, il a travaillé au restaurant familial avec ma grand-mère et leurs cinq enfants, dont mon père.

Pourvoir à sa famille et offrir une vie meilleure à ses enfants et petits-enfants, c’est le souhait auquel mon grand-père s’accrochait. Parce qu’il avait choisi le Canada et que le Canada l’avait à son tour choisi, mon grand-père a pu réaliser son souhait. Il a fallu une génération pour se sortir de la pauvreté, et de deux pour que l’obtention d’un passeport et de diplômes multiples devienne la norme — des étapes qui, dans beaucoup de pays du monde, seraient impossibles à franchir. Mais pas ici.

L’Ontario est le lieu de rassemblement de toutes les nationalités. C’est ici que les gens écrivent de nouveaux chapitres de l’histoire de leur famille. Tout comme la mienne, et j’en serai éternellement reconnaissant.

10. Helen Vari

George and / et Helen Vari
George and | et Helen Vari, 2006
V. Tony Hauser, LAC | BAC

Helen Vari, CM is continuing the philanthropic work of her late husband, the Hon. George W. Vari, PC, CM, founder of the George and Helen Vari Foundation.

We came to Canada from Hungary many years ago. My beloved late husband, the Hon. George W. Vari, arrived in the middle of winter in a raincoat with only two dollars.

A student association helping newcomers, gave him five dollars and a winter coat. The president of that association later became one of our longest serving prime ministers, and George turned that five-dollar investment into a brilliant career. He became one of the foremost international specialists in high-rise construction and built all over the world. Among his accomplishments was the Tour Montparnasse, the first skyscraper in Paris and, until very recently, the tallest building in Europe.

Ontario was the best decision we ever made, a place where ethnic, cultural, and religious diversity are strengths. With determination, one will not only succeed professionally, but can contribute to building this wonderful, inclusive community we call home. The sky is the limit! We came here with nothing, Ontario and Canada gave us everything.


Helen Vari, CM poursuit l’œuvre philanthropique de feu son mari, l’honorable George W. Vari, cp, CM, fondateur de la George and Helen Vari Foundation.

Nous sommes venus au Canada de la Hongrie il y a de nombreuses années. Mon défunt mari, l’honorable George W. Vari, est arrivé au beau milieu de l’hiver, vêtu d’un manteau de pluie, avec deux dollars en poche.

Une association étudiante lui a donné cinq dollars et un manteau d’hiver. George a transformé ce don en brillante carrière. Il est devenu un grand spécialiste international de la construction d’immeubles. Parmi ses réalisations, notons la tour Montparnasse, le premier gratte-ciel de Paris et, jusqu’à tout récemment, l’immeuble le plus haut de l’Europe.

Venir vivre en Ontario a été la meilleure décision de notre vie. C’est un endroit où la diversité ethnique, culturelle et religieuse est un atout. Avec de la détermination, il est possible non seulement d’y poursuivre une carrière florissante, mais aussi de contribuer à l’édification de cette merveilleuse collectivité inclusive qui est la nôtre. Tout est possible! Nous sommes arrivés les mains vides. L’Ontario et le Canada nous ont tout donné.