84. Roberta Bondar

Batchawana Bay / La baie Batchawana
Batchawana Bay | La baie Batchawana
Terry Wurdemann

Roberta Bondar, OC, OOnt is Canada’s first female astronaut. She is also an educator, author, and photographer.

The connection to the natural world began on the northeastern shore of Lake Superior, near Sault Ste. Marie, my hometown. Smells of moist, sun-drenched colonies of lichen on four-billion-year-old pink granite coalesce with sounds of crashing waves, squeaking sand, and a blue jay’s cry against a seagull chorus. It is the stuff of dreams that anchors reality. My life was shaped by Lake Superior nights of shimmering points of light that stared at me from the black beyond. On those wonderful nights of my youth, the calm waters of Batchawana Bay reflected millions of stars while I, a mighty space explorer, parted the Milky Way with the silent precision of my canoe. Places were reversed when, flying overhead in space, I became a twinkling light in the night sky. I looked down upon that big lake and the shoreline that had defined me, and touched them back with awe and gratitude.


Roberta Bondar, OC, OOnt est la première femme astronaute canadienne. Ses activités englobent l’enseignement, l’écriture et la photographie.

C’est sur la rive nord-est du lac Supérieur, près de Sault Ste. Marie, ma ville natale, que j’ai commencé à me connecter avec la nature. L’odeur de l’air humide, les colonies de lichens inondées par le soleil, s’étendant sur une coalescence de pierres de granite rose vieilles de quatre milliards d’années, le son du sable qui glisse sous la force des vagues déferlantes, et le chant du geai bleu qui se heurte au cri des goélands. C’est de cette matière que sont tissés les rêves qui nous habitent. Ces nuits passées sur la rive du lac Supérieur à contempler le lointain horizon qui m’éclairait de sa douce lumière ont façonné ma vie. Dans le silence de ces nuits merveilleuses de ma jeunesse, les eaux calmes de la baie de Batchawana se reflétaient dans les millions d’étoiles pendant que moi, grande exploratrice de l’espace, j’avançais sur la Voie lactée à bord de mon canot avec une précision silencieuse. Les rôles ont été inversés quand, survolant la Terre à des milliers de kilomètres dans l’espace, je devins un point lumineux aux confins de la nuit. Je regardai tout en bas ce grand lac et ses rives qui avaient meublé mes jours et mes nuits, et les contemplai une fois de plus avec respect et gratitude.