8. Peter Singer

Hungarian memorial in Toronto / Mémorial hongrois à Toronto
Hungarian memorial in Toronto | Mémorial hongrois à Toronto
Adam Bunch

Peter Singer, OC is the CEO of Grand Challenges Canada and the Director of the Sandra Rotman Centre, part of the University Health Network.

My parents, Holocaust survivors, came to Toronto in 1956 as Hungarian refugees. My dad worked as a bootlegging dentist and died when I was eleven. My mom built a successful dental laboratory. She never remarried and as the only parent of an only child, devoted herself to me.

I was privileged to enter Upper Canada College with a scholarship, go to medical school, and attend the University of Chicago, Yale, and Harvard. I helped found a bioethics centre and Grand Challenges Canada, which supports innovation in developing countries, saving and improving millions of lives. I have had a happy twenty-three-year marriage and my kids are flourishing.

Immigration is great for children and hard for parents.

This year my wife and I hosted Syrian refugees in our home — a lovely Yazidi family of four girls, aged seven to thirteen, and their parents.

The cycle renews in this wonderful and welcoming country and province.


Peter Singer, OC est le directeur général de Grands Défis Canada et le directeur du Sandra Rotman Centre qui fait partie du Réseau universitaire de santé.

Mes parents, survivants de l’Holocauste, sont venus à Toronto en 1956. Mon père était dentiste et il est décédé alors que j’avais onze ans. Ma mère a monté un laboratoire dentaire prospère. Elle ne s’est jamais remariée et elle s’est entièrement consacrée à moi.

J’ai eu le privilège d’entrer à l’Upper Canada College grâce à une bourse, de faire des études en médecine, et de fréquenter l’Université de Chicago, Yale, et Harvard. J’ai contribué à Ia fondation d’un centre de bioéthique et de Grands Défis Canada, qui appuie l’innovation dans les pays en développement, sauvant et améliorant ainsi la vie de millions de personnes. Je vis un mariage heureux depuis 23 ans, et mes enfants s’épanouissent.

L’immigration est excellente pour les enfants, et difficile pour les parents.

Cette année, mon épouse et moi avons accueilli des réfugiés syriens — une charmante famille yézidie composée de quatre filles âgées de 7 à 13 ans et de leurs parents.

Le cycle se renouvelle, dans cette province et ce pays merveilleux et accueillants.