127. Nalini Stewart

Main Street, Clinton, Ontario / Rue principale, Clinton (Ontario)
Main Street, Clinton, Ontario | Rue principale, Clinton (Ontario)

Nalini Stewart, OOnt, OMC has held leadership positions with several arts and education organizations in Canada.

My life in Ontario has been shaped by its writers starting with Margaret Atwood’s The Edible Woman. I met Alice Munro when I was chair of the Writers’ Trust and she recounted a wonderful tale of liberal women and their conservative husbands in Clinton, Ontario. The women told their husbands that their combined votes would cancel each other, so why bother to vote? As their husbands retired to play poker, the women quietly went off and added their votes to the liberal rosters. One up for female ingenuity. And what about Marian Engel’s story of a librarian’s love affair with a bear in Northern Ontario? Can that happen anywhere else? I was enchanted by these writers and those following like Michael Ondaatje with Running in the Family and Rohinton Mistry with A Fine Balance. Ontario embraces new voices and gives writers the confidence to tell their authentic stories. From Atwood and Munro to the social commentary of Malcolm Gladwell, Ontario writers lift my spirits every day.


Nalini Stewart, OOnt, OMC a occupé des postes de direction auprès de plusieurs organisations du domaine de arts et de l’éducation au Canada.

Les écrivains de l’Ontario ont façonné ma vie ici, en commençant par Margaret Atwood avec son livre La femme comestible. Quand j’étais présidente du Writers’s Trust, j’ai rencontré Alice Munro. Elle m’a raconté l’histoire merveilleuse de femmes libérales et de leurs époux conservateurs à Clinton. Ces femmes avaient dit à leur mari que si elles votaient, ensemble, leurs votes se trouveraient à s’annuler. Pourquoi donc se donner la peine de voter? Pendant que les hommes jouaient au poker, les femmes sont sorties doucement, et sont allées voter pour les libéraux. Voilà l’ingéniosité de la femme à son meilleur. Et que dire de l’histoire de Marian Engel, racontant la liaison amoureuse d’une bibliothécaire avec un ours dans le nord de l’Ontario? Est-ce que cela peut se faire ailleurs? Ces écrivains m’ont enchantée, tout comme des auteurs comme Michael Ondaatje avec son livre Un air de famille et Rohinton Michael avec L’équilibre du monde. L’Ontario accueille de nouvelles voix et donne aux écrivains la confiance nécessaire pour raconter leurs vraies histoires. De Margaret Atwood à Alice Munro, en passant par le commentaire social de Malcolm Gladwell, les écrivains de l’Ontario me mettent de bonne humeur à tout coup.