58. Eleanor Wachtel

Salman Rushdie in Toronto / Salman Rushdie à Toronto
Salman Rushdie in Toronto / Salman Rushdie à Toronto
Courtesy | Gracieuseté de PEN

Eleanor Wachtel, OC is the Host of CBC’s “Writers & Company” and the author of five books.

Almost twenty-five years ago, Salman Rushdie made a surprise visit to Canada. Of course, because of the fatwa, all of his appearances had to be by surprise. Until the day before his arrival, I thought I was going to England to interview him. In our hour together, he was in good spirits and so relieved to be here. When he left his home in February 1989, he had no idea that he wouldn’t be able to return — possibly forever. When I asked him if he thought it would ever end, he said: “Oh yes. One can’t afford to lose, therefore one has to win.”

On stage the next evening, the astonishing finale to the PEN fundraiser was not only the appearance of Rushdie, but Ontario Premier Bob Rae, the first head of government anywhere in the world to publicly greet him. It was a proud moment for freedom of speech.


Eleanor Wachtel, OC anime l’émission « Writers & Company » à la CBC et est l’auteure de cinq livres.

Il y a près de 25 ans, Salman Rushdie est arrivé au Canada par surprise. Bien entendu, en raison de la fatwa, toutes ses apparitions devaient être inattendues. La journée précédant son arrivée, je me préparais encore à me rendre en Angleterre pour l’interviewer. Durant l’heure passée ensemble, il était de bonne humeur et très soulagé d’être ici. Quand il a quitté son pays en février 1989, il ne se doutait pas qu’il n’allait — peut-être jamais — pouvoir y retourner. Quand je lui ai demandé s’il croyait qu’un jour tout ça prendrait fin, il m’a répondu :« Certainement. Comme on ne peut se permettre de perdre, il faut alors gagner ».

Le soir suivant, à l’occasion d’un dîner de gala, la campagne de financement de PEN Canada s’est clôturée de brillante façon non seulement avec l’apparition sur scène de Rushdie, mais aussi du premier ministre de l’Ontario, Bob Rae, le premier chef de gouvernement au monde à l’appuyer en public. C’était un grand moment pour la liberté d’expression.